ESCAPADE PRINTANIERE EN BRETAGNE DU 31MARS AU 07AVRIL 2019

Escapade printanière au très aimé pays breton du 31 mars au 07 avril

Le pays de LORIENT, une Bretagne méconnue, hors des sentiers battus.

Lorient, Bretagne Sud, l’inattendue :

inattendue, l’extrême diversité de ses plages,

inattendue, l’omniprésence de l’eau sous toutes ses formes : mer, rade, rivières,

inattendue, la lumière qui éblouit ses visiteurs,

inattendue, la météo ; c’est en Bretagne, mais c’est au Sud,

inattendue, la géographie ; vous attendiez le grand Ouest, vous trouverez aussi l’Orient.

Logement : PORT-LOUIS, Hôtel de la Citadelle, hôtel de charme insolite, au coeur de la cité médiévale dont remparts et citadelle sont classés depuis 1964.

Il ne fait pas encore très chaud en ce début de printemps mais la chaleur émane de l’engouement et de la sympathie des 11 participants arrivés ce dimanche 31 mars, en train, en voiture ou en camping-car.

Autrefois nommée le Havre du Blavet, PORT-LOUIS est une agréable et calme cité historique de caractère, dotée d’une imposante citadelle construite en 1590 par les Espagnols -qui la baptisèrent « fuerte del Aguila », (fort de l’Aigle), à l’extrémité de la presqu’île. En 1618, Louis XIII décida de l’agrandir en bâtissant une ville fortifiée, un port et lui donna son nom. Nous avons déambulé dans ses rues, seuls, la première fois et guidés, ensuite, par deux charmantes dames « greeters », qui nous ont dévoilés maints petits détails.

La citadelle, que nous avons visitée avec beaucoup d’intérêt, abrite le Musée Naval et le magnifique Musée de la Compagnie des Indes Orientales initialement créée à Port-Louis en 1664, avant d’être installée à LORIENT.

Canon d’un paquebot français en partance pour l’Angleterre et qui a été détruit par les Allemands en juin 40, à 300 m du rivage.

Des « batobus » bien pratiques circulent dans la rade de Lorient.

Nous les avons empruntés pour nous rendre sur les splendides sentiers côtiers de Port-Louis à la presqu’île de GAVRES et de Port-Louis à LORIENT.

A Lorient, nous avons rejoint la gare maritime pour embarquer sur un ferry-boat en direction de l’ILE DE GROIX.

Là, nous avons gravi une longue pente sur la falaise afin de rejoindre le superbe sentier côtier vers la pointe Est de l’île, déjà bien fleuri grâce au microclimat. En cours de route, nous apercevons la « plage des grands sables », une des rares plages convexes d’Europe, la « plage des sables rouges » colorée par de minuscules morceaux de grenat, la « pointe des chats », avec son phare, nous pouvons admirer la grande diversité minéralogique et la richesse des structures géologiques, … Un véritable petit paradis naturel dans lequel certains d’entre nous ont eu la chance de savourer leur sandwich assis sur le muret entourant un vieux puits ; que du bonheur !

Ida a demandé aux participants de rédiger un texte par journée de visite. Pour rester dans le thème de l’inattendu, je vous recopie

le compte-rendu de Jacques M. :

« Jeudi 4 avril : pas de pique-nique à LOCMIQUELIC … !

Sans aucune panique, on va se diriger vers Locmiquélic ; en un clic, les sacs sont bouclés et toute la clique se met en route de l’hôtel vers le port et la baie de la Pointe.

A la Pointe de Kerzo, se dressent les vestiges d’un château de plaisance édifié à la fin du 19e siècle par le Maire de Port-Louis. Détruit pendant la guerre, il n’en reste que 2 tourelles romantiques.

Un « grain » soudain nous arrose et hop, on entre en coup de vent dans « le Cargo » pour un bon café et on en profite pour réserver notre table pour midi.

L’averse passée, on redémarre vers PEN MANE, le but de notre rando. Demi-tour, donc, à travers la réserve naturelle aux nombreux étangs.

Cette fois, l’allure augmente car nous salivons déjà en pensant aux langoustines/frites du « Cargo ».

Un régal pour les yeux et les papilles.

Rassasiés, quelques-uns retournent à pied, les autres marchent un peu pour reprendre le bus vers notre havre de Port-Louis. Quelle belle journée sans un seul hic ! »

Le lendemain, avec les quelques véhicules, nous nous rendons dans la région d’Etel et, par un sentier atteignons la merveilleuse petite île de St-Cado, située au milieu de la ria d’Etel et reliée au continent par un pont de pierre. Ce site classé nous avait été recommandé par une amie, malheureusement, aujourd’hui, il pleut des cordes ! C’est donc sous une pluie battante et la grisaille la plus complète que nous avons découvert le calvaire, la chapelle et les vieilles maisons typiques de cette petite île qui doit, effectivement être ravissante…

Après un bon repas à Etel, entre deux averses, nous avons pris la route de la barre d’Etel pour y admirer le spectacle des vagues soulevées, selon la marée, par la barre de rochers qui bouge sans cesse suivant la position d’un banc de sable toujours en mouvement.

Encore un très bel endroit.

Notre dernière visite est consacrée à la ville de LORIENT, un guide officiel nous y attend devant la Maison de l’Agglomération. Il nous emmène sur les lieux de la création de la ville qui autrefois étaient une zone marécageuse. Actuellement, il ne reste plus que les moulins de l’Amirauté dont l’un est transformé en observatoire, la tour de la découverte, quelques bâtiments restaurés et l’Arsenal Royal.

Le site de Port-Louis étant trop resserré, en 1666, la Compagnie des Indes orientales emménage à Lorient, la nouvelle cité connaît vite la prospérité grâce à toutes les marchandises précieuses débarquées : étoffes, porcelaines, tapis, épices. Les guerres de la Révolution et de l’Empire porteront hélas un coup fatal à ce commerce international. Par la suite, durant la 2e guerre mondiale, les bombardements alliés détruiront la Ville à 85 %. Lorient, relevée de ses cendres dans les années ’50, est aujourd’hui le 2e port français après celui de Boulogne, c’est aussi et toujours un port militaire. Notre guide nous montre ensuite des quartiers comportant quelques maisons art nouveau ou art déco.

Il nous quittera après nous avoir recommandé une bonne brasserie de cuisine locale.

Dans l’après-midi, le groupe s’est dispersé ; certains sont allés voir l’Eglise moderne Notre-Dame des Victoires et ont flâné dans les rues de Lorient, d’autres ont préféré découvrir la base de sous-marins.

Nous nous sommes retrouvés le soir pour le dernier repas à l’Hôtel de la Citadelle.

J’ai découvert cette partie du Morbihan pour la première fois et l’ai beaucoup appréciée. Ce séjour revigorant me laissera de magnifiques souvenirs, mais, une fois de plus, le temps a passé beaucoup trop vite.

Au nom de tous les participants, je te remercie, Ida, pour l’organisation de cette magnifique destination.

N.B. : Avant de partir, Ida nous a fait part d’un nouveau projet pour les prochaines vacances de printemps :

Le Mont St-Michel au moment des grandes marées. Avis aux amateurs …

Mireille

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire