10 JUIN, AU PARC NATIONAL DE LA HOGE VELUWE (NL)

10 juin, au parc national de la Hoge Veluwe (NL)

Après un lever matinal, un court (ou non ?) voyage en car auprès d’un sympathique chauffeur, nous voici arrivés dans le pittoresque village néerlandais d’Otterlo.

Les allées proprettes du village, les jardins bien entretenus, ravissent nos yeux tandis que nous nous dirigeons vers le parc national de Hoge Veluwe, l’un des plus grands des Pays-Bas autrefois propriétaire d’un riche couple passionné d’art.

Les jardins bien entretenus cèdent alors la place à une nature sauvage faite de petits bois.

Et nous remercions le fait que les cars puissent pénétrer dans le parc tandis que nous nous dirigeons vers la zone centrale, à près d’un kilomètre de l’entrée. Là se situe un petit restaurant, le centre des visiteurs et ce qui nous intéresse dans l’immédiat, des centaines de petits vélos blanc, bien rangés, qui n’attendent que nous. Les huit cyclistes s’empressent de choisir leur véhicule, de l’ajuster et nous voici prêts, après la petite photographie rituelle, à nous élancer sur le circuit numéro 1, long de 10 kilomètres.

Après un faux départ, nous trouvons enfin le début du circuit, et nous nous élançons. Tout de suite, les bois cèdent la place à une immense plaine de bruyères entrecoupée de-ci de-là de petites dunes de sable jaune que Bernard s’empresse de photographier.

Nous sommes encore frais et roulons rapidement entre les plaines et les bois jusqu’à tomber sur le pavillon de chasse au pied duquel se trouve un ravissant lac. Sous les rayons du soleil, la vue est splendide.

Les 10 kilomètres du circuit sont rapidement accomplis et nous rencontrons en fin de parcours nos camarades marcheurs qui retournent eux aussi au lieu de départ. Le petit pique-nique est vite avalé, et nous profitons de la pause pour visiter le centre des visiteurs où est situé un petit musée. Voici venu le temps de nous élancer sur la seconde partie du trajet, le circuit numéro 2, long de 26 kilomètres. Le départ est plein d’entrain mais très vite nous remarquons les aléas du circuit, une suite de dunes et de faux-plats nous obligeant à pédaler vigoureusement afin de les franchir. Après un petit accrochage entre vélos, nous nous arrêtons quelques temps afin de se reposer quelque peu et de décider : prenons-nous le petit raccourci ? Mais les esprits sont encore forts et nous suivons le long trajet, à travers plaines de bruyères et bois, nous attendant presque à voir se prélasser un lion au loin. Les dix derniers kilomètres sont plus compliqués, le groupe réunis jusqu’alors se disperse quelque peu selon les facilités des uns et des autres à lutter contre les montées. Enfin, nous nous arrêtons devant le ravissant musée Kröller-Müller que nous ne pourrons malheureusement pas visiter par manque de temps.

La journée se fini attablés à une table du restaurant avec, pour les uns, un verre de bière, et pour les autres un bon verre de jus de fruits suivi d’un petit dîner. La star du jour, les spare ribs !

Après un bon petit repas, il nous reste une heure à attendre. Que faire ? une partie de belotte pardi ! Le retour en car sera ponctué par des anecdotes de travail, souvent cocasses, parfois consternantes, du chauffeur.

Les soeurs Colignon

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire