BALISAGE EN RANDONNÉE CE QU’IL FAUT SAVOIR

Il est facile de se perdre en ville alors qu’il y a des panneaux partout. En randonnée, c’est pareil, mais en pire. Ce n’est pas parce qu’un itinéraire est balisé qu’il n’est pas possible de se perdre. Beaucoup de personnes peuvent témoigner.

Connaître la signalisation et savoir lire les panneaux que vous rencontrez en randonnée est la base pour bien s’orienter et ne pas se perdre. En effet, vous verrez sur les chemins de randonnée des marquages pour les randonnées VTT, pour les randonnées équestres, pour la chasse, pour les bûcherons, pour les pistes de ski de fond, etc. Etes-vous sûrs de savoir faire la différence entre eux et savez-vous où les trouver ?

Il ne suffit pas non plus d’être capable de reconnaître le balisage pour ne pas se perdre. C’est pourquoi, je donne quelques conseils à la fin de l’article pour que vous ne vous perdiez pas – même sur un chemin balisé.

Balisage des principaux sentiers

Le balisage des itinéraires de randonnée est un système de signalisation pour pouvoir suivre les chemins du départ, jusqu’à l’arrivée. Nous nous intéresserons ici principalement au système français avec lequel je suis familier et n’aborderons que les plus connus. Il en existe des centaines d’autres.

Les chemins de grande randonnée (GR), grande randonnée de pays (GRdP) et petite randonnée (PR) sont entretenus par des baliseurs bénévoles de la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP). Le balisage est relativement cohérent sur le territoire français – ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’autres chemins.Les principaux types de balisages de randonnées

  • Les GR : les chemins de Grande Randonnée sont balisés avec des traits horizontaux blancs et rouges. Ce sont des chemins souvent linéaires – allant d’un point A à un point B.
  • Les GRdP : les sentiers de Grande Randonnée de Pays sont balisés avec des traits horizontaux jaunes et rouges. Ce sont des boucles.
  • Les PR : les chemins de Petite Randonnée (ou Promenade et Randonnée) sont balisés le plus souvent d’un trait jaune. Dans certaines régions un code couleur est utilisé suivant la durée des marches. Ce sont des itinéraires d’une durée maximale d’une journée.

Certains GR traversent plusieurs pays et le balisage peut changer d’un pays à un autre. Le balisage utilisé pour les GR en Belgique, en Espagne et aux Pays-Bas est le même qu’en France. En Suisse, cela peut-être soit des traits horizontaux blanc-rouge-blanc ou des losanges jaunes. Au Luxembourg et en Italie, ce sont des rectangles ou des ronds jaunes.

Pour les autres types de chemins, les balisages peuvent être variés – une forme géométrique de couleur, un dessin, un logo… Renseignez-vous au moment de la préparation de votre randonnée à quoi ressemble le balisage de votre itinéraire. Une croix peut parfois indiquer le chemin à suivre et parfois le chemin à ne pas suivre.

Le balisage de randonnées équestres et VTT

Attention à ne pas confondre le balisage de randonnée pédestre avec les balisages équestre et VTT. Le balisage équestre est le même que pour les PR mais en orange. Le balisage VTT est constitué d’un triangle et de deux ronds. Voici des exemples :

Vous savez maintenant si vous devez suivre un petit rond rouge ou un losange jaune, mais où les trouver ?

Les différents types de balisage

Le balisage se fait de nombreuses manières différentes en fonction des terrains traversés. Vous devez connaître les différents types de balisage et supports utilisés pour la signalisation afin de savoir où et quoi chercher quand vous marchez. Parfois les baliseurs ont beaucoup d’imagination, alors ayez en aussi.

Les panneaux

Sur certaines randonnées, il y a des panneaux. Ils peuvent être au départ ou au milieu de l’itinéraire. Au départ, ils donnent des informations utiles pour l’orientation – comme le temps de marche, l’altitude, les points de repère, le balisage à suivre, etc. Au milieu, ils indiquent le plus souvent la direction à suivre et là où vous êtes.

Les marquages peints

Ce sont les marquages les plus courants. Le balisage peut être peint sur des arbres, des murs, des poteaux, des rochers ou autres.

Les cairns

Ce sont des monticules de pierres qui sont érigés par les randonneurs pour indiquer le chemin à suivre ou le haut d’un sommet. Ils sont très utiles car peuvent être aperçus de loin. Ils sont utilisés la plupart du temps là où il n’y a pas de chemin tracé et dans les endroits où le marquage est difficile. C’est souvent le cas dans les pierriers. Attention, certains rigolos s’amusent parfois à construire des cairns un peu n’importe où. Ne leur faites pas aveuglement confiance. Pour plus d’informations sur les cairns, lisez l’article « cairns et randonnée : 5 questions dont vous devriez connaître la réponse  ».

Les poteaux

Des poteaux sont fréquemment utilisés dans les endroits sans chemin tracé, sans arbres aux alentours ou qui peuvent être couverts de neige. Ils peuvent être aux couleurs du balisage. Ils sont faciles à suivre de loin, là où des marquages au sol ne seraient pas visibles.

Autres

Il existe d’autres types de balisage comme des rubans accrochés à des arbres, des plaques collées ou cloutées, des flèches gravées, etc. En dehors des GR, GRdP et PR le balisage peut être parfois atypique. Il en est de même quand vous allez à l’étranger. Soyez préparés à voir tout et n’importe quoi en terme de balisage et souvenez-vous que la notion de « chemin bien balisé » n’est pas la même partout.

Quelques conseils pour ne pas se perdre sur les chemins balisés

Il faut savoir que certains sentiers sont très faciles à suivre, d’autres beaucoup moins – et que cela varie suivant les conditions. Voici quelques conseils pour éviter de vous perdre :

  • Lisez les panneaux au début des randonnées, s’il y en a – ils fournissent souvent des informations sur le balisage ou le manque de balisage. Ils donnent également toutes sortes d’informations utiles pour votre randonnée.
  • Suivez régulièrement le balisage. Des randonneurs se perdent fréquemment en suivant un chemin tracé mais qui n’est pas leur itinéraire. Si vous suivez régulièrement la signalisation, vous éviterez de vous perdre ou de vous en rendre compte trop tard. Il est très facile de marcher en suivant un chemin tracé et de ne pas faire attention au balisage. C’est souvent à ces moments là que l’on rate un tournant. Il y a même des endroits où un chemin bien tracé indique uniquement que la plupart des gens se sont trompés.
  • Sachez toujours où vous allez et où vous vous trouvez. Pour cela utilisez une carte, une boussole et regardez autour de vous pour vous repérer. A un certain moment, vous ne verrez peut-être plus de marquages et il faudra vous débrouiller. Cela peut être le cas dans de mauvaises conditions météorologiques (pluie, neige, brouillard…). De même, le balisage peut être effacé, emporté ou arraché par le vent ou une avalanche, ou recouvert par de la neige. En sachant où vous êtes et où vous allez, vous pourrez continuer à marcher jusqu’à ce que vous retrouviez le marquage.
  • Vérifiez à échelle globale que vous êtes au bon endroit. Cela permet d’éviter des grosses erreurs comme se retrouver sur un autre chemin, une variante ou même dans la mauvaise direction – sans vous en rendre compte. Il m’est arrivé de me retrouver dans une vallée parallèle à celle où j’aurais dû être. Tout correspondait à échelle locale, mais c’est en regardant à une échelle plus globale que je me suis rendu compte de mon erreur – qui m’a coûté quelques heures de marche supplémentaires.
  • Soyez patient, ne vous déclarez pas perdu parce que vous n’avez pas vu de panneaux pendant les 10 dernières minutes. La fréquence du balisage dépend du terrain. De toute façon, si vous avez suivi mes conseils, vous devriez avoir une carte et savoir où vous êtes.
  • N’essayez pas de deviner un marquage là où il n’y en a pas. Si vous avez un doute, fiez-vous à votre carte et à votre boussole – plutôt qu’à ce que vous pensez être un reste de peinture sur un rocher mais qui pourrait aussi bien être un lichen.
  • Ne suivez pas d’autres personnes en vous disant qu’ils savent où ils vont. Les autres se perdent autant que vous.
  • Attention : le balisage peut être parfois différent de ce qui est indiqué sur la carte ou le guide que vous avez. Dans ce cas, il est conseillé de suivre le balisage en vous assurant que vous allez toujours dans la bonne direction. Les changements sur le terrain mettent du temps à être reportés sur les guides et cartes. Parfois, ces changements sont uniquement temporaires comme par exemple pour contourner un glissement de terrain ou un arbre qui est tombé.

Pour finir

Vous l’avez compris, il est facile de se perdre sur les itinéraires balisés en randonnée si on s’y prend mal. Si vous préparez correctement vos randonnées et que vous suivez mes conseils cela ne devrait pas vous arriver ou plus rarement.

Je me suis rendu compte que tous ces conseils sont applicables en voiture – sauf peut-être pour la boussole.

Deux exemples :

  • Les personnes qui impriment les directions sur internet pour aller en voiture de A à B et qui se trompent à un certain moment ou qu’un panneau manque. Sans carte, impossible de retrouver où ils sont.
  • Les gens qui se retrouvent à Tataouine-les-oies-en-montagne au lieu de Tataouine-les-oies-sur-mer parce qu’ils ont uniquement suivi leur GPS. S’ils avaient fait attention à échelle globale, ils se seraient rendu compte qu’ils n’allaient pas dans la bonne direction.

Et il y a beaucoup d’autres exemples. Pour en revenir à la randonnée, comment vous êtes-vous perdus sur les itinéraires balisés ? Ecrivez votre réponse dans les commentaires.

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire