JOURNAL DU CLUB 2016

Résultat de recherche d'images pour "journal du club icon"

Dimanche 25 septembre 2016

Balade autour des églises fortifiées de Thiérache (Aisne)

Ce n’est pas qu’on vieillit… mais y’a pas à dire, le car, c’est bien confortable ! Piloté par Alain, il nous dépose au « Relais de la chouette » dans le ravissant village de Parfondeval.

Avec ses fermes à colombages, ses maisons de briques rouges, et les tours assorties de son église fortifiée, c’est un coup de coeur. L’air matinal est encore frais, mais le café /croissant offert par nos amis français – nos hôtes – a tôt fait de nous réchauffer.

Première visite guidée : celle de l’église fortifiée. En Thiérache -comme ailleurs en France- ces églises qui se donnent un petit air de châteaux forts remontent souvent au Moyen Age. Troubles sociaux et politiques, passages de troupes, pillages incessants nécessitaient la protection des villageois. Bêtes et gens trouvèrent refuge à l’abri des tours, percées de fentes de tir, derrière une entrée défensive, dans de vastes salles de repli que seule parfois une échelle escamotable rendait accessibles.

A côté de ces aspects défensifs, l’église surprend par son portail d’entrée sculpté dont la blancheur éclabousse la brique rouge, sa belle lumière, ses vitraux contemporains, ses piliers de bois, son presque dénuement.

Après la culture, la nature ! En route pour une randonnée au départ du village, dans la paisible campagne qui l’entoure. Au-delà du moulin, les « moins en jambes » peuvent l’écourter. Et c’est l’heure de l’apéro ! Le cidre est servi devant le porche de l’église, c’est une spécialité locale.

Passons sur le repas au Relais de la chouette, bruyant et pas vraiment chouette … au grand désespoir de l’organisateur.

A présent, le car nous conduit à Jeantes. Une église aux tours carrées, rebâtie et remaniée au 18e siècle, et entièrement décorée des toiles du peintre hollandais Charles Eyck à partir de 1962.

L’ensemble, souvent sombre et violemment expressionniste, est saisissant.

A Burelles nous attend un autre bel exemple d’architecture militaire. Donjon, tourelle, meurtrières … de quoi trouver protection sinon repousser d’éventuels assaillants. Nous grimpons les deux étages du donjon par un étroit escalier de pierre. Au débouché, une vaste salle voûtée avec cheminée monumentale et plus haut encore la « salle des juifs » sous les combles. A l’angle de deux poutres, deux pigeons se serrent l’un contre l’autre. Eux aussi ont trouvé un refuge …

Une belle journée où randonnée et découverte d’un patrimoine exceptionnel se combinent avec bonheur.

Merci à nos amis français, merci à nos excellents guides et, merci à toi, Ida.

Niquette

Dimanche 9 octobre 2016

Des lieux méconnus et cependant si près de chez nous

Matin – Ce 9 octobre 2016, de la place de la Madeleine à CHATELINEAU, nous rejoignons un sentier qui, en passant sur le côté de l’Administration Communale, nous amène au terril du Gouffre tout boisé de feuillus. Nous l’escaladons et en redescendons sur une pente ravinée.

Chemin faisant, Marcel décide d’allonger son parcours. C’est ainsi qu’en suivant le GR 412, nous découvrons, avec bonheur, un magnifique bois dont les arbres ont, au fil des années, colonisé les lieux d’un vaste site charbonnier.

Mine de rien, nous nous retrouvons sur un plateau prolongé par un paysage champêtre. Plus loin, une longue et forte descente nous ramène vers FARCIENNES où les randonneurs arrivés pour l’après-midi nous attendent impatiemment.

Merci, Marcel, de nous avoir montré ce petit coin de Pays noir naturellement et si agréablement reconverti, que je ne connaissais pas, bien qu’habitant … la ville d’à côté …

Mireille

Après-midi – Pour la plupart des compagnons randonneurs “Farciennes”, connait pas.

Fracassée par le déclin industriel, il n’est pas si lointain le temps où la commune était qualifiée de « Chicago- sur-Sambre ».

Dirigés par un bourgmestre enthousiaste qui veut améliorer le cadre de vie de ses concitoyens, les Farciennois ont relevé la tête.

Quelques maisons, architecture Art Nouveau, incitent les visiteurs à la promenade dans les rues bien entretenues, un château du XVIIe s. malheureusement en ruines, fera prochainement peau neuve ainsi que le parc; les bords de Sambre complètent le décor. Sous le soleil, ce fut une belle rando intéressante.

Merci aux organisateurs.

Simone Bousette

Dimanche 23 octobre 2016

Promenade verte à Bruxelles

Cela devait être un dimanche comme les autres et ce ne fut pas le cas et ceux qui apprécient les imprévus ont été comblés !

Dès le samedi, l’organisateur Bernard Duhaut m’annonçait l’arrêt durant le W.E. de la ligne de métro n°5, au départ d’Erasme, là, où normalement,les randonneurs devaient s’embarquer vers la gare du midi, puis en train vers Linkebeek. Il s’agissait, en effet, d’une rando en ligne qui clôturait le circuit de la voie verte contournant Bruxelles.

Malgré le mail, personne au rendez vous…

Bernard décide alors de rejoindre, en voiture, à Linkebeek.

Mireille et moi-même, venues directement en train de Charleroi. A trois, au départ, on repêchera en cours de route à Forest, les Migeotte, Tonia et son amie Pina, Hélène et Monique. Tout est bien qui finira bien, Bernard ; on s’en souviendra. Et quelle pinte de bon sang dans les différents transports : bus-métro et bus-train pour reprendre les voitures éparpillées autour de Bruxelles.

Merci Bernard.

Ida

Dimanche 13 novembre 2016

Impressions d’une parisienne sur notre réserve naturelle des Hautes-Fagnes

A la fin de ma semaine belge, Ida en compagnie de Martine et Cathy m’ont emmenée à l’Est du pays.

J’ai été surprise de découvrir le sommet de la Belgique, au signal de Botrange (694 m.) au milieu d’une vaste lande entourée d’une ceinture de forêt. J’ai compris l’amour d’Ida pour cette contrée unique, d’autant plus que, ce 13 novembre, sous une couche de neige, elle était vraiment féérique ; Un pâle soleil perçant la brume matinale la rendait encore plus mystérieuse et magique.

Très vite, au départ de la Baraque Michel, sur un parcours sinueux de “caillebotis” nous la traversons en toute sécurité, alors que sous ceux-ci coule de l’eau. C’est, nous explique Ida, le pays des sources de bien des rivières, sous-affluents de la Meuse ou du Rhin… Au passage, nous admirons les joncs, les bruyères, les graminées aux couleurs automnales éclatantes, les arbustes perlés de glaçons scintillant sous un soleil devenu plus généreux.

Nous rencontrons des croix d’égarés au siècle dernier (la plus célèbre est celle des fiancés) et des bornes limitant la frontière allemande avant 1919.

Au signal de Botrange, on me fait monter quelques marches pour atteindre les 700 m. d’altitude. Très amusant. Un sentier didactique rejoint la Baraque Michel par le Fagne de Polleur – peu fréquentée.

Les caillebotis ne sont pas entretenus, parfois cassés… et certains encore enneigés et Martine a glissé, impossible de la relever car elle souffre… Que faire? Mais dans ce coin isolé, la grâce passe… un groupe de jeunes Anversois nous rattrape et … miracle, deux d’entre eux sont infirmiers et pompiers. Nous sommes sauvés !

En effet, ils nous aident à rejoindre la route, portant Martine sur leurs bras croisés et appellent une ambulance qui l’amènera à l’hôpital de Malmedy pour examens. Elle s’en tirera finalement avec un hématome à la hanche et un plâtre au poignet.

Elle n’aura donc pas droit à une croix souvenir !!!

Nous avons remercié vivement ce groupe sympa d’Anvers alors que nos sauveurs ne cessaient de répéter : c’est notre métier d’aider les autres.

Ces trois jours dans les cantons de l’Est terminaient ma semaine belge. J’en emporte le souvenir de merveilleuses découvertes étalées sur toute la semaine.

Merci aux copines d’Ida qui m’ont chaleureusement invitée en particulier à ses cousines de Spa et de Stavelot. J’espère revoir votre groupe pour un W.E. à Paris, la dernière visite datant de plus de trois ans !

Amitiés à vous partager.

Martine de Paris

Ce 26 novembre 2016

les compagnons randonneurs fêtent le 45ième anniversaire du Club

à l’abbaye de Brogne , dans la superbe crypte du XIIIe siècle.

Les dames sont resplendissantes de beauté et les messieurs dans leur costume noir et nœud papillon ne sont pas en reste. Je suis éblouie.

Le repas de gala, bien arrosé, nous régale tous (un petit bémol pour le marcassin ?)

Notre disc-jockey, Jean, crée une ambiance bien appréciée, nous sommes nombreux sur la piste.

Une nuit à l’abbaye et le matin nous trouve frais et dispos, pour un petit-déjeuner bien appétissant et une randonnée dans les campagnes de Saint-Gérard.

Retour à la crypte où une soupe à l’oignon nous attend.

Super week-end pour cet anniversaire.

Merci beaucoup aux organisatrices, tout fut parfait.

Marcelle

Dimanche 4 décembre 2016

Charleroi fête ses 350 ans

“ De l’avis de la vingtaine de participants à la randonnée de découverte du nouveau Charleroi, la journée fut une grande réussite.

Je pense pouvoir remercier, au nom de tous, Ida et Mireille pour le très beau travail de préparation accompli, pour le bon choix dans les arrêts nous permettant de voir en détail les maisons Art Déco de Charleroi, inconnues parfois de la plupart d’entre nous, pour l’intéressante visite de l’hôtel de ville où le marbre et les vitraux de qualité foisonnent, pour le panorama idéal du haut du beffroi un jour de marché, pour nous avoir fait imaginer le centre commercial et les rue de la future Ville Basse, pour la balade le long des quais de la Sambre avec des accents romantiques tout-à-fait inconnus autrefois … enfin merci pour tout et même… pour avoir commandé en option un merveilleux soleil d’hiver tout au long de cette inoubliable journée.

Merci encore à vous deux Ida et Mireille.

Bernard Duhaut

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire